Fédor Lowenstein (1901-1946) : trois oeuvres martyres

Exposition-dossier organisée avec la DRAC Aquitaine et le Centre Centre Georges Pompidou/Musée National d'Art Moderne
15/05/2014, 11:00 - 24/08/2014, 18:00
Né à Munich en 1901, Wilhelm-Fédor Löwenstein, peintre d’origine tchécoslovaque, fait ses études artistiques en Allemagne avant de rejoindre la France en 1923. En 1936, il adhère au groupe des Surindépendants, créé en 1929, et expose au Salon annuel du groupe à la Porte de Versailles. C'est à cette époque qu'il rencontre, à Paris, André Lhote qui influencera durablement son art.
Pendant la guerre, il se réfugie à Mirmande (Drôme) où André Lhote avait fondé une académie d'été.
Le 5 décembre 1940, un ensemble de vingt-cinq œuvres de Fédor Löwenstein est saisi au port de Bordeaux et envoyé à Paris au Jeu de Paume où les oeuvres devaient être détruites car ne répondant pas à l'esthétique promue par le régime nazi. L'artiste, qui n'a jamais su que ses oeuvres avaient été confisquées par les services nazis, participe d'ailleurs en 1945 à la galerie Pierre Maurs à Paris à la première exposition du Salon de mai, fondé en 1944, en réaction à la condamnation, par les nazi, d’un pan majeur de l’art moderne, qualifié, par eux, de ''dégénéré''.
Présentées pour la première fois au public depuis leur spoliation en 1940 à Bordeaux, trois des œuvres récemment identifiées par l'État comme faisant partie de ce lot confisqué forment le coeur de cette exposition-dossier qui permet de revenir sur ce moment tragique de l'histoire à travers le destin particulier d'un artiste et de son œuvre.
Image pour l'exposition Fédor Löwenstein (Loevenstein), musée des Beaux-Arts de Bordeaux

Fédor Löwenstein, Composition (R 28 P -MNR). Paris, Musée national d'art moderne - Centre Pompidou, Paris